Allah le meilleur trompeur

From WikiIslam, the online resource on Islam
Revision as of 22:26, 24 December 2014 by Maxime (talk | contribs) (Created page with "290px|right|thumb Le Coran déclare souvent ouvertement que Allah est le meilleur trompeur, bien sûr les musulmans le cachent avec une autre tradu...")
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search
Quran 3-54.png

Le Coran déclare souvent ouvertement que Allah est le meilleur trompeur, bien sûr les musulmans le cachent avec une autre traduction grâce à la richesse de la langue arabe, évidemment ils savent que cela ferait fuir les intéressés de l'Islam ou les musulmans de naissance qui découvriraient le Coran. Avant de commencer, il faut savoir que la racine du mot présent dans les versets que nous allons analyser est "Makr" qui signifie en clair "tromperie".

Introduction

Le Coran n'a pas honte de décrire très franchement Allah comme le "meilleur dupeur", les traductions littérales présentées ici viendront clairement confirmer la signification de la racine de mot "Makr" en tant que "tromperie/duperie". Il en conviendra de noter que la majorité du Coran est d'ailleurs très faussement traduite, comme nous allons le vérifier dans les citations et analyses suivantes.

Même si il y a beaucoup de versets où est utilisé le même mot (Makir) en référence à Allah[1], cette article se concentra exclusivement sur les versets où c'est Allah lui-même qui se décrit comme le meilleur dupeur.

tromper /tʁɔ̃.pe/

verbe transitif tromper

  1. Abuser de la confiance de quelqu'un, se jouer de lui en usant de mensonges, de dissimulation
  2. Être infidèle à quelqu'un, avoir une aventure amoureuse, sexuelle avec un(e) autre
  3. Induire quelqu'un en erreur, lui faire prendre quelque chose, quelqu'un pour ce qu'ils ne sont pas
  4. Faire faire à quelqu'un une erreur de jugement, d'appréciation
  5. Échapper à quelqu'un, à sa vigilance, son attention, les déjouer par ruse, feinte
  6. Décevoir, ne pas répondre à un sentiment, un espoir
  7. Détourner, par une diversion, l'attention d'un désir, un état pénible

Étymologie: Tromper signifiait avant le XIVe siècle « jouer de la trompe ». Ce verbe neutre, en prenant la forme réfléchie, « se tromper », acquit le sens de « se jouer de », puis de « se moquer de ». Il s’agit d’un cas de néologisme de signification.

verbe transitif qui a recours à la tromperie, au mensonge.

Formes dérivées:

se tromper verbe pronominal
tromperie nom commun, féminin
trompeur adjectif
trompementnom commun