Coran, hadiths et savants : Mohammed et les serments

From WikiIslam, the online resource on Islam
Jump to navigation Jump to search
Under construction icon-yellow.svg

This article or section is being renovated.

Lead = 2 / 4
Structure = 1 / 4
Content = 3 / 4
Language = 4 / 4
References = 4 / 4
Lead
2 / 4
Structure
1 / 4
Content
3 / 4
Language
4 / 4
References
4 / 4


The Islamic Tradition Itself
Qur'an, Hadith and Sunnah
Textual History of the Qur'an
Satanic VersesPrevious Scriptures
Abu Hurayrah
Muhammad
OathsBooty
Special EntitlementsJihadExecutions
TerrorTortureWar
WivesWhite ComplexionDeath
Women
Al-'AzlBeautyFGMHijabHonor Killing
MahrRapeViolenceWife Beating
Jihad
Peaceful Coexistence
Defensive Jihad
Offensive JihadMiscellaneous Verses
Mujahids
Forced ConversionScholars on Jihad
Non-Muslims
ApostatesAtheistsChristians & Jews
CharacteristicsFriendship
Miscellaneous
AishaAlcoholAmputationAnimals
Banu QurayzaCosmologyCreation
DhimmaForbidden ThingsHomosexuality
HeavenHellHygieneJizyahLying
MischiefMusicChild MarriagePictures
PredestinationPunishmentsRace and TribeSexuality
SlaveryStoningToilet EtiquetteUrine
OccultZakatPeculiar Traditions


Mohammed est considéré dans la tradition musulmane comme étant le Uswa Hasana, l’homme parfait, et est souvent cité en exemple dans sa fiabilité et son honnêteté. Néanmoins, la tradition le dépeint aussi comme un tacticien avisé et un négociateur habile qui a fait passer sa petite communauté ou ummah d’un obscur culte religieux aux maitres de toute l’Arabie, et laissant derrière lui un empire qui conquerrait une grande partie du monde. Ainsi, de nombreux hadiths dépeignent Mohammed comme étant un homme adoptant une perspective plutôt flexible sur le respect des serments qu’il avait prêté, lorsque cela était avantageux pour lui ou la communauté musulmane.

Hadith

Zahdam a rapporté : Nous étions en compagnie d'Abu Musa Al-Ash'ari et il y avait des relations amicales entre nous et cette tribu de Jarm. Abu Musa a reçu un plat contenant du poulet. Parmi les gens était assis un homme au visage rouge qui ne s'est pas approché de la nourriture. Abu Musa a dit (lui), "Viens (et mange), car j'ai vu l'Apôtre d'Allah en manger (c'est-à-dire du poulet)." Il a dit: "Je l'ai vu manger quelque chose (sale) et depuis lors, je l'ai détesté, et j'ai prêté serment que je ne le mangerai pas ' Abu Musa a dit: "Allez, je vais vous dire (ou vous raconter). Une fois, je suis allé voir l'Apôtre d'Allah avec un groupe d'Al-Ash'ariyin et je l'ai rencontré alors qu'il était en colère, distribuant des chameaux de Rakat. Nous avons demandé des montures mais il a prêté serment qu'il ne nous en donnerait pas, et a ajouté: "Je n'ai rien sur lequel vous monter". Entre-temps, des chameaux de butin ont été amenés à l'apôtre d'Allah et il a demandé deux fois: Où sont les Al-Ash'ariyin?" Alors il nous a donné cinq chameaux blancs avec de grosses bosses. Nous sommes restés un court moment (après avoir couvert une petite distance), puis j'ai dit à mes compagnons: "L'Apôtre d'Allah a oublié son serment. Par Allah, si nous ne rappelons pas à l'Apôtre d'Allah son serment, nous ne réussirons jamais. » Nous sommes donc retournés vers le Prophète et lui avons dit : « Ô Apôtre d'Allah ! Nous vous avons demandé des montures, mais vous avez juré que vous ne nous en donneriez pas ; nous pensons que vous avez oublié votre serment. Il dit : « C'est Allah qui vous a donné des montures. Par Allah, et si Allah le veut, si je prête serment et que je trouve plus tard quelque chose de mieux que cela. alors je fais ce qu'il y a de mieux et j'expie mon serment. "
D'après 'Abdur-Rahman bin Samura : Le Prophète a dit: "O 'Abdur-Rahman! Ne cherchez pas à être un dirigeant, car si vous recevez l'autorité sur votre demande, vous en serez tenu responsable, mais si vous la recevez sans la demander, alors vous serez aidé (par Allah) en cela. Si jamais vous prêtez serment de faire quelque chose et que plus tard vous trouvez que quelque chose d'autre est mieux, alors vous devriez expier votre serment et faire ce qui est mieux. "
Abû Mûsa Al-'Ach`arî a dit : 
Je vins trouver le Prophète (pbAsl) à la tête d'un groupe d'Al-'Ach`ariyyûn pour lui demander de nous procurer des montures. "Par Dieu! dit-il, je ne vous procurerai pas de montures, car, je n'ai pas de quoi vous en procurer". Nous restâmes chez lui le temps qu'Allah voulut, puis, un lot de chameaux capturés lui ayant été amené, il ordonna de nous donner trois chameaux aux bosses blanches. Quand nous fûmes partis, nous dîmes: "Allah ne nous bénira pas, car nous sommes venus demander à l'Envoyé d'Allah (pbAsl) de nous procurer des montures, il a juré qu'il n'en a pas et pourtant il nous les a procurés". Nous revînmes vers le Prophète et nous lui informâmes de ce que nous avons dit, il nous répondit: "Ce n'est pas moi qui vous en ai procuré, c'est Allah qui l'a fait. Par Dieu! Quant à moi, s'il plaît à Allah! Je ne ferai pas un serment et trouvant ensuite qu'il y a mieux à faire sans que je l'expie et fasse ce qu'il vaut mieux".
Abu Hurayra rapporte : Un homme ayant tardé chez le Prophète de nuit, trouva en entrant chez lui, ses enfants endormis. Sa femme lui apporta alors son repas, il jura de ne pas manger car ses enfants furent endormis (sans manger). Ensuite, il changea d’avis et mangea. Il alla plus tard, trouver le Messager de Dieu et il l'en informa et le Messager de Dieu lui dit : "Quiconque jure de faire quelque chose, puis estime que telle autre est meilleure, qu’il accomplisse cette dernière et qu’il fasse expiation de parjure."
D’après Abu Hurayra, le Messager de Dieu a dit : "Quiconque jure de faire quelque chose, puis estime que telle autre est meilleure, qu’il expie son parjure et qu’il accomplisse le meilleur. "
D’après Abu Hurayra, le Messager de Dieu a dit : "Quiconque jure de faire quelque chose, puis estime que telle autre est meilleure, qu’il accomplisse la meilleure et qu’il expie son parjure."
Ce hadith est rapporté par Suhail via la même chaine de transmission (avec les mots suivants) "…qu’il expie son parjure et qu’il fasse ce qui est le mieux."
Addiyy ibn Hatim rapporte que le Messager d’Allah dit : "Quiconque jure de faire quelque chose, puis se rend compte de telle autre en est meilleure, qu’il accomplisse la meilleure et qu’il s’abstienne d’exécuter son serment. "
Abd al-Raḥmān ibn Samura rapporte : Le Messager de Dieu m’a dit : "Ô Abd al-Raḥmān ibn Samura, ne demande pas la magistrature, car si on te l’accorde sur ta demande, tu y seras abandonné. Et si on te l’accorde sans que tu ne l’aies demandé, tu y seras soutenu. Par ailleurs, lorsque tu jures de faire quelque chose et que tu te rendes compte ensuite que telle autre est meilleure, tu devras expier ton parjure pour accomplir ce qui est le mieux.

Les apologistes affirment souvent que le mensonge dans l'islam est limité à son utilisation en temps de guerre, mais dans les hadiths suivants, Muhammad autorise un musulman à mentir pour tuer Ka'b ibn al-Ashraf, un poète juif qui a écrit un poème anti-musulman qui l'a offensé.

D’après Jâbir, le Prophète dit : « Qui se charge de Ka’b ben al-Achraf ? - Tu veux que je le tue ? Demanda Muhammed ben Maslama. - Oui. - Permets-moi alors de dire (ce que je veux avec lui). - Tu as cette permission. »
D'après Jabir bin 'Abdullah : L'Apôtre d'Allah a dit : « Qui est prêt à tuer Ka'b bin Al-Ashraf qui a blessé Allah et Son Apôtre ? Là-dessus, Muhammad bin Maslama s'est levé en disant: "Ô Apôtre d'Allah! Aimeriez-vous que je le tue?" Le Prophète a dit: "Oui" Muhammad bin Maslama dit, "Alors permettez-moi de dire une (fausse) chose (c'est-à-dire de tromper Kab). "Le Prophète a dit:" Vous pouvez le dire. " Alors Muhammad bin Maslama alla chez Ka'b et dit: "Cet homme (c'est-à-dire Muhammad nous demande la Sadaqa (c'est-à-dire la Zakat), et il nous a troublé, et je suis venu vous emprunter quelque chose." Sur ce, Ka'b dit: "Par Allah, vous vous lasserez de lui!" Muhammad bin Maslama a dit: "Maintenant que nous l'avons suivi, nous ne voulons pas le quitter et jusqu'à ce que nous voyions comment sa fin va être. Maintenant, nous voulons que vous nous prêtiez un ou deux de chameaux chargés de nourriture. " (Il y a certaines différences entre les narrateurs à propos d'une charge de chameau ou deux) Ka'b dit: "Oui, (je vous prêterai), mais vous devriez m'hypothéquer quelque chose." Muhammad bin Mas-lama et son compagnon dirent : " Que veux-tu ? " Ka'b répondit : " Hypothèquez-moi vos femmes. " Ils dirent : " Comment pouvons-nous vous hypothéquer nos femmes et que vous êtes le plus beau des Arabes ? " Ka' b dit : "Alors hypothèquez-moi vos fils." Ils dirent : "Comment pouvons-nous vous hypothéquer nos fils ? Plus tard, les gens les maltraiteront en disant qu'un tel a été hypothéqué pour un chameau chargé de nourriture. Cela nous causerait grande disgrâce, mais nous vous hypothéquerons nos armes." Muhammad bin Maslama et son compagnon promirent à Ka'b que Muhammad lui reviendrait. Il vint chez Ka'b la nuit accompagné du frère adoptif de Kab, Abu Na'ila. Ka'b les invita à entrer dans son fort, puis il descendit vers eux. Sa femme lui demanda : « Où vas-tu à cette heure ? Ka'b répondit : "Personne hormis Muhammad bin Maslama et mon frère (adopté) Abu Na'ila ne sont venus." Sa femme dit : "J'entends une voix comme si une goutte de sang venait de lui, a déclaré Ka'b. "Ils ne sont que mon frère Muhammad bin Maslama et mon frère adoptif Abu Naila. Un homme généreux devrait répondre à un appel la nuit même s'il est invité à être tué." Muhammad bin Maslama vint avec deux hommes. (Certains narrateurs mentionnent les hommes comme 'Abu bin Jabr. Al Harith bin Aus et Abbad bin Bishr). Alors Muhammad bin Maslama entra avec deux hommes et se dirigea vers eux, "Quand Ka'b viendra, je toucherai ses cheveux et le sentirai, et quand tu verras que j'ai saisi sa tête, dénude-le. Je vais vous laissez sentir sa tête." Kab bin Al-Ashraf descendit vers eux enveloppé dans des vêtements diffusant du parfum. Mohammed ben Maslama déclara : " Je n'ai jamais senti un meilleur parfum que celui-ci. Ka'b répondit : " J'ai les meilleures femmes arabes qui savent utiliser la haute parfumerie. " Muhammad bin Maslama demanda à Ka'b " Voulez-vous me permettre de sentir votre tête?" Ka'b dit: "Oui." Muhammad le sentit et le fit sentir à ses compagnons également. Puis il demanda à nouveau à Ka'b: "Voulez-vous me laisser (sentir votre tête)?" Ka'b dit: "Oui." Quand Muhammad eut une forte emprise sur lui, il dit (à ses compagnons), "Attrapez-le!" Alors ils le tuèrent et allèrent voir le Prophète et l'informèrent. (Abu Rafi) fut tué après Ka'b ben Al-Achraf."