Quelle Civilisation Arabe ?

From WikiIslam, the online resource on Islam
Jump to: navigation, search

Cette lettre ecrite par un érudit assyrien, Peter BetBasoo[1], a été envoyée à Carly Fiorina, PDG (CEO) de la Hewlett Packard Corporation, en réponse à un discours[2] qu’elle a présenté à Minneapolis le 26 septembre 2001, seulement 15 jours après l’attaque terroriste du 11 septembre 2001 sur les États-Unis d’Amérique.

Texte de la lettre

7 novembre 2001

Carly Fiorina
Hewlett-Packard
3000 Hanover Street
Palo Alto, CA 94304-1185

Chère Madame Fiorina:

C'est avec un grand intérêt que j'ai lu votre discours du 26 septembre 2001, intitulé "Technologie, Affaires et notre mode de vie : Quoi de nouveau" [sic]. J'ai été particulièrement intéressé par l'histoire que vous avez racontée à la fin de votre discours sur la civilisation Arabo/Musulmane. Comme Assyrien, non-Arabe, Chrétien indigène du Moyen-Orient, dont les ancêtres remontent à 5000 A.D., Je voudrais éclaircir quelques points que vous avez évoqués dans cette petite histoire, et pour vous alerter sur les dangers d'être involontairement être dirigés dans l'idéologie des Arabistes/Islamistes, laquelle vise à assimiler toutes les cultures et les religions dans le moule Arabo/Islamique.

Je sais que vous êtes une femme très occupée, mais je vous prie de trouver dix minutes pour lire ce qui suit, car c'est une perspective que vous ne pouvez obtenir nulle part ailleurs. Je voudrais répondre à quelques uns des points spécifiques que vous avez traités dans votre discours, alors concluez avec une brève perspective sur l'idéologie Arabo/Islamiste.

Les Arabes et les Musulmans apparaissent sur la scène mondiale en 630 après J.C., quand les armées de Mahomet commencent leur conquête du Moyen-Orient. Nous devrons être très clairs que ceci fut une conquête militaire, non une entreprise missionnaire, et à travers l'emploi de la force, autorisée par une déclaration de Djihad contre les infidèles, les Arabo/Musulmans étant autorisés à convertir de force et à assimiler les non-Arabes et les non-Musulmans dans leur moule. Peu de communautés indigènes du Moyen-Orient ont survécu à cela -- les Assyriens primordiaux, les Juifs, les Arméniens et les Coptes (d'Égypte).

Ayant conquis le Moyen-Orient, les Arabes placent ces communautés sous le système de gouvernance de Dhimmi (voir le livre Dhimmi, par Bat Ye'Or), où les communautés sont autorisées à se gérer elles-mêmes comme minorités religieuses (Chrétiens, Juifs et Zoroastriens). Ces communautés doivent payer un impôt (appelé Jizzya en Arabe) qui est, en effet, une punition pour être non-Musulmans et qui est typiquement de 80% en pédiode de de tolérance et jusqu'à 150% en période d'oppression. Cette taxe força bon nombre de ces communautés à se convertir à l'Islam, et elle a été conçue à cet effet.

Vous déclarez, "Leurs architectes ont conçu des bâtiments qui défient la gravité." Je ne suis pas sûr de ce à quoi vous vous référez, mais si c'est aux dômes et aux arches que vous pensez, la révolution fondamentale en architecture que représente l'utilisation d'une forme parabolique au lieu d'un dôme sphérique pour ces structures a été faite par les Assyriens plus de 1300 ans plus tôt, comme le prouvent leurs restes archéologiques.

Vous déclarez, "Leurs mathématiciens ont créé l'algèbre, les algorithmes qui ont permis la construction des calculateurs et la création du cryptage." Les bases fondamentales des mathématiques modernes ont été jetées non pas des centaines mais des milliers d'années avant par les Assyriens et les Babyloniens, qui connaissaient déjà le concept du zéro, du théorème de Pythagore et beaucoup, beaucoup d'autres développements expropriés par les Arabo/Musulmans (voir (en) History of Babylonian Mathematics, Neugebauer).

Vous déclarez, "Leurs médecins ont examiné le corps humain et trouvé de nouveaux traitements contre les maladies." La majorité écrasante des ces médecins (99%) étaient Assyriens. Dans le quatrième, cinquième et sixième siècles, les Assyriens commencent une traduction systématique du corpus grec de connaissances en Assyrien. En premier, ils se concentrent sur les travaux religieux mais, rapidement, se portent sue la science, la philosophie et la médecine. Socrate, Platon, Aristote, Galen et bien d'autres ont été traduits en Assyrien et de l'Assyrien en Arabe. Ce sont ces traductions arabes que les Maures amènent avec eux en Espagne et que les Espagnols ont traduit en Latin et répandu à travers l'Europe, allumant ainsi la flamme de la Renaissance Européenne.

Dans le sixième siècle après J.C., les Assyriens ont commencé a exporter vers Byzance leur propre travaux sur la science, la philosophie et la médecine. Dans le domaine de la médecine, la famille Bakhteesho assyrienne a produit neuf générations de médecins et ont fondé la grande école médicale de Gundeshapur (Iran). Également, dans le domaine de la médecine, le livre de Hunayn ibn-Ishaq (Assyrien) sur l'ophthalmologie, écrit en 950 après J.C. demeure une source de référence sur la question jusqu'en 1800 après J.C.

Dans le domaine de la philosophie, le philosophe assyrien Job d'Édesse développe une théorie physique de l'Univers, en langue assyrienne qui rivalise avec la théorie d'Aristote et qui vise à remplacer la matière par des forces (une théorie qui anticipe quelques idées en mécanique quantique, comme la création et la destruction spontanées de la matière qui survient dans le vide quantique).

Une des plus grandes réussites assyriennes du quatrième siècle fut la fondation de la première université du monde, l'École de Nisibis, laquelle avait trois départements, théologie, philosophie et médecine et qui devint un centre d'attraction et de développement intellectuel dans le Moyen-Orient. Les statuts de l'École de Nisibis, qui ont été préservés, devinrent plus tard le modèle sur lequel sur lequel fut basé la première université italienne (voir The Statutes of the School of Nisibis, by Arthur Voobus).

Quand les Arabes et l'Islam déferlèrent sur le Moyen-Orient en 630 après J.C.., ils trouvèrent 600 années de civilisation assyro-chrétienne, avec un riche héritage, une culture hautement développée et des institutionsd'enseignement très avancées. C'est cette civilisation qui devint le fondement de la civilisation arabe.

Vous déclarez, "Leurs astronomes ont scruté les cieux, nommé les étoiles et pavé le chemin vers les voyages spatiaux ." ceci est un peu mélodramatique. En fait, les astronomes auxquels vous vous référez ne sont pas arabes mais chaldéens et babyloniens (actuellement au sud de l'Irak), lesquels pour des millénaires furent connus comme astronomes et astrologues et qui furent par force arabisés et islamisés -- si rapidement que vers 750 après J.C. ils avaient complètement disparu.

Vous déclarez, "Leurs écrivains ont créé des centaines d'histoires. Histoires de courage, romans et magie. Leurs poètes ont écrit sur l'amour quand d'autres avant étaient trop baignés dans la peur pour penser à de telles choses." Il y a trop peu de littérature en langue arabe qui vient de cette période à laquelle vous vous référez (le Coran est la seule pièce significative de littérature), alors que la production littéraire des Assyriens et des Juifs est abondante. Le troisième corpus important d'écrits Chrétiens, après le Latin et le Grec, est produit par les Assyriens en langue assyrienne (appelée aussi Syriaque ; voir ici.)

Vous déclarez, "Quand d'autres nations ont peur des idées, cette civilisation les cultivent et les gardent vivantes. Quand les censeurs menacent de balayer la connaissance venant des civilisations passées, cette civilisation garde les connaissances vivantes, et les transmet aux autres." Ceci est une très importante question que vous soulevez et elle va au cœur du problème sur ce que représente la civilisation Arabo/Islamique. J'ai revu un livre intitulé How Greek Science Passed to the Arabs, dans lequel l'auteur liste les traducteurs et interprétes significatifs en science grecque. Sur les 22 érudits listés, 20 étaiens Assyriens, 1 était Perse et 1 était Arabe. Je déclare à la fin de ma revue : "La conclusion qui ressort peut être tirée d'un livre de O'Leary et est que les Assyriens ont joué un rôle significatif dans le façonnage du monde islamque via le corpus grec de connaissances. Si c'est ainsi, on doit alors demander ce qui est arrivé aux communautés chrétiennes pour qu'elles perdent cette grande entreprise intellectuelle qui les avait établies. On peut poser la même question aux Arabes. Malheureusement, le livre de O'Leary ne donne pas de réponse à cette question et nous devons chercher ailleurs la réponse." Je n'ai pas répondu à cette question que j'ai posée dans la revue parce que ce n'était pas le lieu pour le faire, mais la réponse est très claire, la communauté chrétienne assyrienne a été vidée de sa population à travers les conversions forcées à l'Islam (par la Jizzya) et une fois que la communauté fut tombée sous un seuil critique, elle cessa de produire les érudits qui étaient la force motrice intellectuelle de la civilisation islamique et cela se produisit quand le soi-disant "Âge d'Or de l'Islam" toucha à sa fin (environ 850 après J.C.).

L'Islam, la religion elle même est significativement moulée par les Assyriens et les Juifs (voir Nestorian Influence on Islam et Hagarism: the Making of the Islamic World).

La civilisation Arabo/Islamique n’est pas une force de progrès, c’est une force de régression ; elle ne donne pas d’impulsion, elle retarde. La grande civilisation que vous décrivez n’était pas une réussite Arabo/Musulmane, c’était une réussite assyrienne que les Arabes ont exproprié et en conséquence perdue quand ils ont draîné, à travers les conversions forcées des Assyriens à l’Islam, la vitalité intellectuelle qui la propulsait. Quelle autre civilisation Arabo/Musulmane a surgi depuis ? Quelle autre réussite Arabo/Musulmane pouvons nous citer ?

Vous déclarez, "Et peut-être pouvons nous recevoir une leçon de son exemple [Suleiman]: c'était une gouvernance basée sur la méritocratie, non sur l’héritage. C'était une gouvernance qui avait exploité les pleines capacités de populations très diverses qui incluaient les traditions chrétiennes, islamiques et juives." En fait, les Ottomans étaient extrêmement oppresseurs pour les non-musulmans. Par exemple, les jeunes garçons chrétiens étaient enlevés de force de leurs familles, habituellement à l’âge de 8-10 ans et enrôlés dans les Janissaires, (yeniceri en Turc) où ils étaient islamisés et mis à combattre pour l’État ottoman. Quelle réussite littéraire, artistique ou scientifique des Ottomans pouvons nous citer ? Nous pouvons, d’autre part, pointer le génocide de 750.000 Assyriens, 1,5 million d’Arméniens et de 400.000 Grecs pendant la première Guerre Mondiale par le gouvernement kémalistes des "Jeunes Turcs". Ceci est le véritable visage de l’Islam.

Les Arabo/Musulmans sont engagés dans une campagne explicite de destruction et d’expropriation des cultures et des communautés, des identités et des idées. Là où une civilisation Arabo/Musulmane rencontre une autre non-Arabo/Musulmane, elle tente de la détruire (comme les statues bouddhistes en Afghanistan furent détruites [3], comme Persépolis fut détruite par l’Ayatollah Khomeini). Ceci est un modèle récurrent depuis l’avènement de l’Islam, il y a 1.400 ans, et c’est amplement prouvé par les vestiges historiques. Si la culture "étrangère" ne peut être détruite, alors elle est expropriée et les historiens révisionnistes déclarent qu’elle était Arabe, comme dans le cas de la plupart des "réussites" que vous citez dans votre discours. Par exemple, les textes historiques Arabes du Moyen-Orient enseignent que les Assyriens étaient Arabes, un fait que pas un érudit honnête ne soutiendra et que pas un Assyrien n’acceptera. Les Assyriens s'établirent d’abord Ninive, une des villes Assyriennes majeures, en 5000 avant J.C., ce qui se situe 5.630 années avant que les Arabes ne viennent dans cette région. Même, le mot 'Arabe' est un mot Assyrien qui signifie "oriental" (la première référence aux Arabes fut faite par le roi Assyrien Sennacherib, en 800 avant J.C., dans laquelle il relate la conquête du "ma'rabayeh" -- oriental. Voir The Might That Was Assyria, par H.W.F. Saggs).

Même en Amérique cette politique d’arabisation continue. Le 27 octobre une coalition de sept organisations assyriennes et maronites on envoyé une lettre à l’Institut arabo-américain en lui demandant d’arrêter d’identifier les Assyriens et les Maronites aux Arabes, ce qu’ils font délibérément.

Il y a des minorités et des nations qui luttent pour survivre dans l’océan Arabo/Musulman du Moyen-Orient et en Afrique (Assyriens, Arméniens, Coptes, Juifs, Soudanais du sud, Éthiopiens, Nigériens...) et nous devons être très attentifs à ne pas soutenir le fascisme islamique et l’impérialisme arabe involontairement et par inadvertance dans leurs tentatives de balayer les autres cultures, religions et civilisations. Il incombe à chacun d’entre nous de faire notre devoir ici, chez nous, et de s'informer quand on fait des discours sur ces sujets sensibles.

J’espère que cette information vous éclairera. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter au lien web ci-dessous. Vous pouvez me contacter à l’adresse mail [email protected] pour des questions ultérieures.

Merci pour votre considération.

Peter BetBasoo[4]

Voir aussi

En anglais

  • Library - WikiIslam's online library of books
  • Golden Age - A hub page that leads to other articles related to the "Golden Age"

Traductions

  • Une version de cette page est aussi disponible dans les langues suivantes : anglaise, russe.

Liens externes (en anglais)

Ressources Web fournies par Peter BetBasoo:

Références

  1. Assyrian International News Agency
  2. Carly Fiorina - Technology, Business and Our way of Life: What's Next - Minneapolis, Minnesota, September 26, 2001
  3. par les Talibans
  4. Peter BetBasoo - What Arab Civilization? - Nineveh Software Corporation, accessed August 28, 2011