Le Coran décrit le mal des montagnes

From WikiIslam, the online resource on Islam
Jump to: navigation, search

Cet article discute et réfute ce que dit le Coran dans sa description du mal des montagnes (mal des hauteurs) en prétendant que c'est miraculeux, scientifiquement exact, ou prophétique.

Ce que disent les Musulmans[edit]

Le Coran qui fut révélé 14 siècles avant au Prophéte Mohammed (PBSL) déclare : “Et puis, à celui qu’Allah veut guider, Il ouvre la poitrine à l'Islam . Et à celui qu'Il veut égarer, Il rend la poitrine étroite et oppressée, comme s'il s'efforçait de monter au ciel. Ainsi Allah inflige Sa punition à ceux qui ne croient pas.” (6:125)”

{فّمّن يٍرٌدٌ اللَّهٍ أّن يّهًدٌيّهٍ يّشًرّحً صّدًرّهٍ لٌلإسًلامٌ ومّن يٍرٌدً أّن يٍضٌلَّهٍ يّجًعّلً صّدًرّهٍ ضّيٌَقْا حّرّجْا كّأّّنَّمّا يّصَّعَّدٍ فٌي السَّمّاءٌ} (الأنعام:125)

Donc, ce verset affiche une miraculeuse similitude quand il présente un fait scientifique dans style très éloquent et précis. Les points miraculeux de ce verset sont :


1- Quand les gens entendent parler pour la première fois du verset de l’homme montant au ciel (espace), ils considéraient le fait comme le fruit de l’imagination, considérant que le Coran voyait l’ascension de l’espace de manière métaphorique. Actuellement, le verset est une prophétie qui s’accomplit en vérité plusieurs siècles après avoir été révélée pour la première fois.

2- La similitude est très précise, comme le fait de gravir de grandes distances haut dans les airs causes une oppression et un sentiment de suffocation. Plus l’ascension progresse, plus la gêne atteint un état si critique et pénible que la respiration n’est plus possible. C’est pouquoi des bouteilles d'oxygène sont portées lors des ascensions dans le ciel, comme dans les vaisseaux spatiaux !
Man in high altitudes
Dr. Sharif Kaf Al Ghazal, Reflections on the Medical Miracles of the Holy Coran, September 2004

Analyse[edit]

Interprêtation figurative/prophétique[edit]

L’affirmation que ceci est une "similitude miraculeuse"[1] se réfèrant aux êtres humains dans l’espace, peut être écartée, car les voyages spatiaux étaient inconnus au 7e siècle, et cela n’a pas de sens pour Allah de décrire quelque chose en utilisant une comparaison avec un phénomène, si le phénomène était inconnu par les gens de l’époque.

Le mal de l’altitude (mal des montagne aigu) survient habituellement au-dessus de 2.400 mètres (8.000 pieds). Il peut évoluer à haute altitude en oedéme pulmonaire (HAPE) ou oedème cérébral de haute-altitude (HACE), qui sont potentiellement fatals.[2][3]

Si nous portons un regard sur quelques uns de points les plus hauts se trouvant dans les pays du Moyen-Orient,[4] we find:

  • Jabal an Nabi Shu'ayb au Yemen à 3.666 mètres (12.028 pieds)
  • Cheekha Dar en Iraq à 3.611 mètres (11.847 pieds)
  • Qurnat as Sawda au Liban à 3.088 mètres (10.131 pieds)
  • Peut-être le Jabal Sawda in Saudi Arabia à 3.000 mètres (9.843 pieds)
  • Mont Hermon (Jabal el-Sheikh) en Syrie à 2.814 mètres (9.232 pieds)

Les Arabes prè-Islamiques étaient des nomades qui se déplaçaient et nomadisaient tout autour de la péninsule Arabique, de sorte qu’il est presque certain qu’il ont pu renconter ce phénomène du mal de l’altitude.

Ainsi, il serait sensé d’accepter ceci comme une similitude non prophétique et figurative et d’ignorer le mot "space" qui a été inséré par le Dr. Al Ghazal en parenthèses dans son commentaire.

Interprêtation littérale/scientifique[edit]

L’air est un gaz compressible, aussi le poids de l’air au-dessus de nous comprime l’air autour de nous, le rendant plus dense. Quand vous gravissez une montagne, l’air devient moins comprimé et il est alors moins épais. Le résultat est qu’il y a moins de molecules présentes dans un volume d’air donné.

Le pourcentage de ces molecules d’oxygène reste constant, à 21%. Le problème étant qu’il y a moins de molecules de chaque présentes, y compris d’oxygène. Aussi, le pourcentage d’ oxygène dans l’atmosphère est le même, l’air plus léger vent dire qu’il y a moins d’oxygène à respirer.[5]

Plusieurs zones du corps aussi contiennent du gaz, ceci inclut les sinus de la face, l’estomac et l’intestin, la cavité de l’oreille moyenene et plus en rapport avec notre propos, les poumons et les passage de l’air.

Les lois du comportement des gaz nous dit que quand la pression baisse, un certaine quantité de gaz se dilate (à masse et à température restant constante). Aussi, si une personne est soumise à une altitude augmentant progressivement (et par conséquence à une pression d’air progressivement en baisse) la quantité de gaz contenue dans le corps se dilate.[6]

Ceci explique les difficultés respiratoires et l’impression que vos poumons se contractent en haute altitude.

Si vous avez la sensation que votre cage thoracique devient “étroite et rétrécit”, toutefois, la pression inférieure qui règne aux hautes altitudes permettra à vos poumons de se dilater plus qu’aux basses altitudes.

Conclusions[edit]

Si nous prenons le verset au sens figuré, alors il n’y a rien de miraculeux du tout, car en son temps, il décrivait un phénomène qui était bien connu des Arabes nomades ambulants, bien avant la révélation du Coran.

Si nous prenons le verset littéralement, alors il est scientifiquement inexact. Il n’y a pas “rétrécissement“ de la poitrine. La sensation de constriction subie aux hautes altitudes est simplement le résultat de la raréfaction dans les poumons de l’air à respirer, ajoutée au fait que le gaz est en train de se dilater.

En fait, quand nous prenons en considération les connaissances scientifiques modernes, les problèmes des interprétations littérales sont ambigües depuis qu’il a été mis en postulat que l’adaptation humaine a conduit les gens nés et élevés aux hautes altitudes (supèrieures à 3000 mètres)[7] et qui ont des cages thoraciques élargies qui "peuvent permettre des volumes pulmonaires supérieurs et ainsi augmenter leur approvisionnement en oxygène."[8]

Voir aussi[edit]

En anglais

Traductions

  • Une version de cette page est aussi disponible dans les langues suivantes : anglaise.

Références[edit]

  1. Une similitude est une figure de style qui compare directement deux choses différentes, usuellement en employant les mots "comme", et "ainsi que". - Simile - Merriam-Webster, accessed December 5, 2011
  2. Baillie, Kenneth; Simpson, Alistair - Altitude Tutorials - Altitude Sickness - Apex (Altitude Physiology Expeditions), February 2010
  3. Roach, Robert; Stepanek, Jan; and Hackett, Peter. (2002) - Ch. 24: Acute Mountain Sickness and High-Altitude Cerebral Edema In: Medical Aspects of Harsh Environments. 2. Washington, DC.
  4. List of countries by highest point - Wikipedia, accessed December 5, 2011
  5. Baillie, Kenneth - Living in Thin Air - Apex (Altitude Physiology Expeditions), June 2007
  6. Dr. Dougal Watson - The effect of ascent and descent on gas collections within the body - Aviation Medicine, accessed December 5, 2011
  7. Dans les Andes et lHimalay
  8. J. L. Rupert, and P. W. Hochachka - Genetic approaches to understanding human adaptation to altitude in the Andes - The Journal of Experimental Biology 204, 3151–3160 (2001)